La Main de Victor Hugo

Photographie par Auguste  Vacquerie (inv.1976.1.1(04))

 Installé à Jersey entre 1852 et 1855, le clan Hugo découvre le calme et la solitude de la vie insulaire.

Chacun s’occupe de son mieux et assez rapidement, Charles Hugo (fils aîné du poète) et Auguste Vacquerie se passionnent pour une technique alors toute nouvelle : la photographie.

Du fait de leur vie en vase clos, les sujets sont peu nombreux et les deux photographes infatigables. Grâce à leur zèle, nous disposons d’un véritable reportage photographique qui permet de connaître la maison de  Marine Terrace (aujourd’hui disparue), les amis et invités qui séjournaient chez les Hugo, la vie quotidienne…

Charles Hugo et Auguste Vacquerie trouvent dans Victor Hugo et son épouse une source d’inspiration apparemment intarissable : ils sont les plus souvent représentés. Peut-être aussi étaient-ils les plus patients pour tenir la pose ? La photographie d’alors n’avait rien d’un instantané !

Parmi les nombreuses représentations du poète, ce cliché de sa main par Vacquerie est unique. Il exprime la dévotion de l’élève pour son maître, le souhait d’immortaliser cette main qui a déjà écrit tant de chefs-d’œuvre !

L’exemplaire que possède le musée est inséré dans l’exemplaire de Profils et grimaces qu’Auguste Vacquerie offrit à Mademoiselle Adèle Hugo et qui porte cette dédicace :

« À mademoiselle

Adèle Hugo

offert fraternellement

et respectueusement

le jour de sa fête

15 décembre 1856

À Guernesey

Auguste Vacquerie. »