Un site du Département
de la Seine-Maritime
Un site du Département
de la Seine-Maritime
02 35 56 78 31
Logo Département de la Seine-Maritime

Les Travailleurs de la mer

Inv.1994.22.1 [V.94.24]

Lettre autographe signée à Louise Colet (1810-1876) [Paris] 
Victor Hugo (Besançon, 1802- Paris, 1885)
28 et 30 décembre 1855, Hauteville House, Guernesey
Manuscrit
Papier beige, plume et encre brune, impression de dentelle avec rehaut de lavis et de gouache
H.12,2 cm ; L.8,9 cm
Achat, Vente publique aux enchères, Drouot, 12 décembre 1994, lot n°124

[Ro]
Hauteville House – Guernesey. 28 Xbre 1855

            Je vous ai écrit deux fois depuis que votre beau, charmant et noble volume m’est parvenu. Je l’ai là sur ma table en ce moment et j’en suis à douter que mes lettres vous soient arrivées. Ainsi, vous n’auriez même pas reçu mon remerciement et tant de choses ravissantes et belles seraient venues de vous à moi sans que j’eusse l’air de m’en apercevoir et je serai pour vous en ce moment un ingrat ! – écrivez-moi vite – pour me tirer de peine si vous avez reçu mes lettres. Pour que celles-ci ne soit pas interceptée j’en ôte toute politique, et je me borne à vous envoyer ma carte du jour de l’an. C’est le portrait de mon nouvel exil !
Je baise vos belles mains.

V. H.

Si cette lettre (que cette petite enluminure et ce petit griffonnage feront passer, j’espère) vous parvient, soyez assez bonne en me répondant pour me donner une adresse sûre, je pense que Mme d’A. aurait le moyen de me faire passer vos lettres.

[Vo]
30 Xbre. Cette carte n’ayant pu partir hier va devenir presque une lettre, or, si vous le permettez, je vais continuer un instant notre causerie sur le verso. Il y a dans les Contemplations une petite pièce intitulée Pasteurs et Troupeaux où je raconte mon petit vallon favori de Jersey ; j’ai mis vos initiales à Mme Louise C. en tête de cette pièce, comme pour abriter ces quelques vers sous une invocation de muse, et aussi pour vous remercier des douces heures que je dois à vos beaux poêmes. Me pardonnerez-vous d’avoir pris cette liberté sans vous demander la permission ?
Toujours à vos pieds, Madame.

Biblio :
Evelyne Poirel, Musée Victor Hugo. Dessins et Correspondances. Acquisitions récentes, Rouen, 2001, p. 16-18.
Exilium vita est. Victor Hugo à Guernesey, Paris, 2002, n°10 p.46 et 101.
Vincent Maroteaux (dir.), C’est mon droit et j’y tiens ! La coutume de Normandie, Rouen, 2022, p.138.